FANDOM


Robert Linssen

AMOUR ET SEXE

Planète 19 Décembre 1970, par Collectif


Dès que les gens parlent de mystique ou de sagesse ils ont tendance à passer sous silence des problèmes. Les maîtres, eux, n'oublient jamais d’en parler.

APRÈS la véritable vague de fond qui déferle sur le monde depuis la publication des œuvres de Wilhem Reich — surnommé le père de la révolution sexuelle du XXe siècle — il semble urgent d’étudier les problèmes de l’amour sous d’autres aspects non opposés mais complémentaires. Les mouvements d’émancipation sexuelle de certains pays nordiques, tel le Danemark suscitent des remous en sens divers dans le monde entier.

Les solutions équilibrées, originales et profondes que suggère Krishnamurti concernant les problèmes de l’amour et du sexe méritent toute notre attention.

Beaucoup de personnes ont eu, en écoutant Krishnamurti, une impression de dureté ou de sécheresse intérieure qui le rendraient inapte à traiter les problèmes de l’amour et du sexe dans un langage accessible à notre compréhension et à notre sensibilité. Cette impression est dénuée de fondement.

Les problèmes de l’amour et du sexe sont fréquemment envisagés au cours des causeries et des écrits de Krishnamurti. Il les approche d’une façon différente de la plupart des psychologues, sociologues ou religieux du monde actuel.

Les quelques extraits suivants donneront une idée du climat de son approche.

Dans les « Causeries d'Ojaï 1944 »

« C’est l’avidité et non l’amour qui crée la dépendance et ses tristes conséquences: l’instinct de possession, la jalousie, la peur. Vivre dans la dépendance de l’autre, ce n’est pas aimer, c’est être vide intérieurement et seul. La dépendance engendre la crainte et non l’amour ».

« L’amour dépasse les sens. L’amour est en soi, éternel, il n’est pas conditionné, il n’est pas un résultat. Il contient la pitié, la générosité, le pardon et la compassion. Il fait naître l’humilité et la douceur ».

Dans « Première et dernière liberté » nous lisons « L’intellect avec tous ses désirs, ses ambitions, ses poursuites doit parvenir à une fin pour que l’amour entre en existence. »

« L’amour n’appartient pas au temps, vous ne pouvez pas apprendre à aimer. L’amour est la seule chose qui soit éternellement neuve... ...Dès que nous sommes conscients que nous aimons, l’activité égocentrique surgit et ce n’est plus l’amour. »

L’étude de ces fragments nous montre le point de vue très élevé auquel se place Krishnamurti.

L’égoïsme, la conscience de soi, la pensée sont, pour lui, les principaux obstacles s’opposant à la réalisation de l’amour véritable.

Malgré l’évocation d’un climat qui peut sembler inaccessible à certains, Krishnamurti donne à l’amour une place de première importance. Mais cet amour est pour lui, infiniment plus qu’un ensemble d’activités psychologiques, d’émotions, de contacts et de sensations physiques. Privée de la richesse d’un tel amour, la vie humaine perd la plus essentielle de ses significations.


NE RIEN REJETER!

Dès 1928, Krishnamurti déclarait « Un cur sans amour est comme une rivière qui n’a plus d’eau pour abreuver ses rives ». Mais, dit-il plus tard, le mot « amour » est parmi ceux dont on a le plus abusé. Nul terme n’a été plus bafoué, trahi. Au nom de l’amour de Dieu de nombreux fanatiques religieux ont commis, tout au long de l’histoire les crimes les plus odieux. Au nom de l’amour, l’homme et la femme s’engagent souvent dans des processus de possession et de domination psychologiques et sexuels étrangers au sens profond et à la beauté que Krishnamurti donne à l’amour véritable.

Il nous dit souvent que le mot  amour » devrait être purifié... (en anglais: « love... this word must be desinfected »). Et ceci n’implique aucun discrédit systématique de l’activité sexuelle.

La  purification » à laquelle Krishnamurti fait allusion ici est beaucoup plus mentale que physique.

Le problème pourrait s’éclaircir si nous prenons en considération les deux catégories de sexualité humaine.

En premier lieu, une sexualité objective: celle qui dépend de l’exigence purement biologique et de la richesse hormonale.

En second lieu, la sexualité subjective: celle qui résulte de l’ensemble des activités mentales se superposant à la première. C’est à l’existence de cette sexualité subjective que Krishnamurti se réfère lorsqu’il parle de la  purification ». Il évoque le cortège incessant des images érotiques qui se présente dans un grand nombre d’êtres humains.

D’une façon très imagée, Krishnamurti évoque fréquemment les deux aspects de l’amour: d’abord la pureté première d’une flamme mais ensuite les fumées: fumées de la possession, de la domination, des marchandages, des sensations, des jalousies, etc.

L’amour, dans la pureté première de son jaillissement spirituel est incorruptible. C’est la pensée qui tend à le corrompre en le rivant à des habitudes, à des sensations et aux exigences innombrables de l’égoïsme.

Il est important de rappeler ici que Krishnamurti ne rejette systématiquement aucune forme de l’amour ni des désirs. Il ne rejette rien et considère le rejet comme une évasion. Krishnamurti nous suggère l’affrontement des circonstances, non la fuite. « Le désir », dit-il est l’expression même de la vie. « Pour atteindre l’amour incorruptible, force nous est de passer par les limites, les conflits, les épreuves douloureuses de l’amour corruptible. »

La tâche qui nous incombe consiste à nous orienter vers la source première d’où émane la flamme pure de l’amour en la dépouillant des fumées innombrables que tente d’y mêler notre pensée.

Si nous avons la sagesse de rester inébranlablement fidèles à la loi de l’amour, en nous soustrayant à la magie destructrice de nos opérations mentales nous pouvons franchir l’étape nous séparant de l’amour corruptible à l’amour incorruptible en passant soudain du désespoir à l’extase. Telle est, selon Krishnamurti, l’issue bien heureuse et totalement inattendue d’une dépossession lucide de l’amour. Il n’y a là, rien d’impossible ni d’extraordinaire, nous dit-il. Il s’agit d’une mutation psychologique s’inscrivant dans un vaste ensemble de phénomènes naturels. Mais la nature ne se limite pas au monde extérieur. Elle englobe les énergies physique, psychique et spirituelle.

Krishnamurti évoque souvent l’existence de dimensions nouvelles et d’un  espace » spirituel. Il déclare à cet effet:

« Nous ne savons pas ce qu’est l’amour parce que dans l’espace qu’engendre la pensée — et qui est le « moi » — l’amour (que nous connaissons), n’est que le conflit du « moi » et du « non-moi ». « Ce tourment n’est pas l’amour. La pensée est la négation même de l’amour..., elle ne peut jamais pénétrer dans cet espace où le « moi » n’est pas »...

Pour Krishnamurti, l’amour véritable est un état d’être. (It is a state of being).  Pensez-vous » disait-il « que je dirige « mon » amour vers tel ou tel être; plus ou moins fort, dans telle « ou telle direction » suivant mes préférences ou mes répulsions « personnelles »?... Non... l’amour est un état d’être;... il est aussi inséparable de mon être que la couleur brune de ma peau...

Cet état d’amour se caractérise par une gratuité, une spontanéité dépassant les calculs et les conditionnements égoïstes qui nous sont familiers.

Krishnamurti en évoque parfois certains aspects dans des comparaisons d’une certaine poésie. Cet amour est semblable au parfum des fleurs qui charme également ceux qui les vénèrent et ceux qui les écrasent.»

C’est dans un tel climat qu’il aborde le problème sexuel.


LE PROBLÈME SEXUEL

Parlant à un auditoire de jeunes préoccupés par les problèmes sexuels Krishnamurti déclarait:

« Nier la vie sexuelle est une forme de brutalité. Elle existe. Le fait est là. Esclaves intellectuels, nous répétons sans cesse ce que d’autres ont dit, nous suivons, nous obéissons, nous imitons et toute une perspective de la vie nous est close. Quand l’action n’est qu’une répétition mécanique et non pas mouvement libre, il n’existe plus de libération. Quand demeure en nous, cet incessant besoin d’accomplir, nous sommes émotionnellement en échec, il y a blocage. C’est ainsi que la vie sexuelle devient notre seule issue, la seule qui ne nous vienne pas de seconde main. »

« Dans l’acte sexuel nous trouvons l’oubli de nous-même, de nos problèmes, de nos peurs. En lui, est un oubli total de soi. Cet oubli de soi n’appartient d’ailleurs pas seulement à l’acte sexuel. La boisson, la drogue, la contemplation même de quelque jeu le procurent aussi. Or, cette évasion de nous-mêmes que nous recherchons, nous identifiant à certains actes, certaines idéologies, images et ainsi la sexualité devient un problème. La chasteté par ailleurs, devient quelque chose de très important, de même que le plaisir sexuel, les obsessions et les images sans fin qui l’accompagnent.

« Les mots « chasteté » et « sexualité  sont des mots grossiers qui ne représentent pas la réalité. Tout mot est faux et l’amour n’est pas un mot. « Quand l’amour est synonyme de plaisir, il implique douleur et crainte: celles-ci font fuir l’amour et la vie devient un problème ».

« Si nous voyons le tableau dans son ensemble, non comme une idée mais comme un fait réel, l’amour, la chasteté et la sexualité ne font plus qu’un.

« La sexualité peut être aussi chaste que le ciel bleu sans nuage mais avec la pensée survient le nuage qui assombrit tout. C’est la pensée qui est le poison et non pas l’amour, ni la chasteté, ni la sexualité. Ce qui est innocent est toujours chaste mais l’innocence n’est pas un produit de la pensée ».

Nous nous trouvons ici en présence d’une approche non-mentale de l’expérience sexuelle. Loin de la ternir elle lui donne une signification hautement révélatrice. Dans cette perspective l’orgasme physique est perçu en tant que sensation pure et non-mentale. Il permet une adhésion totale de l’être humain suspendu à l’acuité de l’instant. Il s’agit d’une présence dans laquelle la « félicité existentielle des profondeurs » et l’orgasme de « surface » s’expriment en parfaite simultanéité dans un couple. Les possibilités d’auto-révélation mutuelle d’une telle communion sont immenses.

Disons immédiatement qu’une telle expérience est plus une conséquence d’un certain éveil intérieur qu'un « moyen » en vue d acquérir quoi que ce soit.

Pour Krishnamurti, le caractère presque obsessionnel du problème sexuel provient de l’absence de toute vie créatrice dans la civilisation moderne. Les progrès prodigieux de la science et de la technique, réalisés sans une maturité psychologique parallèle, tendent à précipiter anormalement les rythmes de l’existence. Tout se mécanise, s’organise, se codifie, se contrôle.

La liberté s’éteint chaque jour davantage.

L’homme se sépare de la Nature qu’il s’acharne à détruire. Toutes les issues d’une délivrance étant bloquées à tous les niveaux, il n’en reste plus qu’une: le sexe.

« Le sexe, écrit Krishnamurti est un des moyens que l’on a de s’oublier soi-même... parce que nous vivons si superficiellement, d’une façon si imitative, le sexe est la seule chose qui nous reste et il devient un problème. »

A la lumière de la psychologie extraordinairement pénétrante de Krishnamurti l’amour et le sexe nous révèlent les richesses insoupçonnées que la Nature nous destine à la condition que nous respections ses lois.

Robert LINSSEN.  



 ✻ 



LA PULVÉRISATION DE NOS CONSCIENCES

Ce qui nous intéresse, par conséquent, c'est la pulvérisation de nos consciences de façon à permettre à du nouveau de surgir. Et c'est ce qui fera l'objet de tous nos entretiens ici: comment provoquer une révolution dans nos esprits. Il y faut une révolution: une destruction totale de tous les passés; autrement, nous ne pourrons pas aborder le neuf. Et la vie est toujours neuve comme l'amour. L’amour n'a ni hiers ni demains; il est toujours neuf. Mais l'esprit qui a goûté à la satiété, à la satisfaction, entrepose cet amour en tant que mémoire et lui rend un culte, ou encore il place une photographie sur le piano ou la cheminée en tant que symbole d'amour.




 ✻ 



L'HABITUDE

L'important est de passer au travers du mur de ce conditionnement qu'est l'habitude. On cherche souvent à y parvenir au moyen d'une analyse faite par soi-même ou par un autre, mais cela ne peut pas se faire ainsi. Le mur des habitudes ne peut être transpercé que lorsqu'on est complètement et impartialement lucide, attentif négativement.
Monsieur, lorsque, soudain, vous voyez une montagne dans son immensité et sa splendeur, avec ses ombres, ses altitudes formidables et ses abîmes, qu'en faites-vous? Vous ne pouvez rien en faire. Vous ne pouvez que regarder, n'est-ce pas? Mais qu'arrive-t-il en général? On jette un coup d'œil, on fait aussitôt remarquer la beauté de la montagne, et à cause de ces mots on a cessé de voir, on est déjà ailleurs. Mais si l'on regarde réellement quelque chose, la pensée se tait parce qu'on ne porte pas de jugements, on ne traduit pas cette vision en termes comparatifs. Le fait de simplement regarder est ce que j'appelle l'observation négative. Si l'on peut se voir ainsi, on constate que les habitudes inconscientes et les conditionnements sont transformés en un seul élément que l'on a pulvérisé en le comprenant directement. Ce n'est pas une assertion verbale: faites cette expérience, et vous la vérifierez vous-mêmes.


Préc | Haut | Suiv


Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.