FANDOM


P. Krishna [1]

AWARENESS [2]

Textes extrait de Transmission N° 3 (1994) : Lucidité


L'ÉVEIL n’est pas une qualité de la pensée. C’est une aptitude de notre conscience à percevoir globalement, sans mesure, sans appréciation positive ou négative, sans jugement. Un esprit constamment absorbé par ses pensées ne peut savoir qu’il a cette capacité, car la pensée est, par sa nature-même, fragmentaire. La pensée est nécessaire à la description mais pas à la perception. C’est pourquoi la description ne coïncide jamais avec la chose décrite. Une description est toujours partielle et ne peut être globale.

Quand la pensée décrit un “arbre”, elle le réduit à ses racines, tronc, branches, feuilles, fonctions... Ce qu’elle décrit peut être relativement vrai, mais ce n’est pas toute la vérité sur l’arbre. La réalité de l’arbre dans sa totalité dépasse la seule description de ses racines, tronc, branches, feuilles et fonctions. Cette réalité est perdue par le processus même de l’analyse, car c’est dans la nature de la pensée de décomposer morceau par morceau. Ce n’est pas que la pensée soit diabolique, mais elle n’est pas globale. Elle est, de plus, extrêmement sensible à tous les préjugés découlant du passé. Ceci engendre des sentiments de possession, des attitudes de comparaison, d’évaluation, d’appréciation ou de dépréciation, de choix, liées aux sensations de plaisir et de souffrance. La pensée crée l’émotion, le sentiment et suscite des plaisirs résultant de la mémoire. Ils ne font pas partie de la perception, ils sont engendrés par le cerveau.

Notre conscience a la faculté de percevoir ce processus global de pensée tout autant que la chose perçue, mais le processus de pensée domine la conscience quand on n’y fait pas attention. Il y a d’abord la réponse des sens, puis la réponse de la mémoire. Cette dernière est un processus de pensée et interfère avec la perception. Cette interférence crée le “moi” et sépare l’observateur de ce qui est observé. De cette division, le désir est né et les images sont créées. Ceci détourne l’esprit vers la poursuite du plaisir, et nous perdons à la fois la perception et la lucidité.

Est-il possible d’observer ce processus dans notre conscience et de le comprendre si profondément que la pensée n’interfère pas, à moins qu’on ne l’y invite? C’est le défi que la nature a proposé à l’homme pour qu’il ait une perception globale de la réalité. La lucidité passive est à la fois méditation et perception globale, mais ces dernières ne peuvent être capturées par la pensée.

(Texte traduit de l’anglais par Éric Philippe, Sandrine Cazals et Robert Linssen.)


Notes et références

  1. Le professeur Krishna est docteur en Sciences physiques et directeur de l'École Krishnamurti à Rajghat (Inde).
    Pour tout échange : Krishnamurti Foundation India - Rajghat Fort, Varanasi, 221001 - India.
  2. état de lucidité non-mentale ne résultant d’aucune analyse, plénitude de vigilance supra-intellectuelle, attention spontanée, présence au Présent englobant et dépassant l’observateur et l’observé. (Robert Linssen)


Préc | Haut | Suiv


Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.