FANDOM


Adrian Miatlev

RÉPONSE À KRISHNAMURTI

Extrait du n° 36-37 de la revue La Tour de Feu (Printemps 1952).


He is untrammeled, free, and he is out to make all others free. That is an attitude to which everyone must respond.
      Lilly Heber.
      (Krishnamurti, p. 28).


I

Je ne guérirai pas de qui j'admire.

Toute cette célébrité de bonté déferlant sur le monde
Toutes ces contorsions d'effort pour un lucre céleste
Me dictent de tenir plus serré mon rang de méchant.

Je n'ai pas répudié la colère ou la folie...
J'y suis venu!
J'ai senti en moi le commandement
De l'insensible véhémence.
J'ai vu, à des signes sans indication
Qui furent les saints, jadis.

Je ne guérirai pas car ma santé est grande
Et le feu du mensonge a des chaleurs d'amour.
On ne quitte vraiment que cela où l'on reste
L'empoisonnant de sa merveille adulte
Ou le suppliciant d'une vie décuplée.

Je ne guérirai pas!
L'Indieu terrible en nous
Se vit d'une inaction que l'action éveille —
La fausse action avec ses bruits de clous
Ses clameurs d'hommes et sa cruci-fiction.

Les hommes, Krishnamurti, ils veulent ce que vous savez: jouir.

Et lorsqu'ils ne peuvent plus jouir dans la joie
Ils cherchent encore à jouir dans la misère, dans la tristesse
Dans la défaite
Dans la sagesse
Dans le rire qui effraye, et dans le sexe.

Ils s'offrent des sensations logiques
Et des frissons psychologiques...
Ils ne peuvent comprendre sans jouir.

Alors déjà le sexe émigré et va lointain.
Alors déjà le ciel se moque de périr.
Et les arbres, les fleurs, l'herbe deviennent philosophes.
Voyez: ils prétendent ne plus beaucoup tenir à la vie!

Alors déjà l'Insexe est de ce monde-même.
Mais l'ombre ou la pensée ne sont pas son asile.

Je ne guérirai guère et ne puis renoncer
A qui j'aime. Et le monde utilise
Les méchants de ma sorte, s'ils se laissent faire.
Mais depuis que l'âme, la chair, le monde, la vie ou le sexe
Sont malades d'action et de remèdes de bonté
Dérangés sans cesse dans leur avènement
Par l'intention ou la nécessité —
Un crime est né en moi
Un crime a déposé sa graine en moi
Porteur je suis d'une graine non-éventée.

Des douleurs comme Krishnamurti
Ont besoin de crimes comme moi.

Car, à des signes sans indication
J'ai vu les saints d'aujourd'hui!
Et les indieux d'aujourd'hui!
C'est un crime plus grand que la souffrance
Et il écarte, lui qui peut seul les écarter
Des murs bestiaux, sots, faux, qui se croyaient beaux.

A coup sûr, par l'Indieu! je ne veux être juste
Ou devenir meilleur, ou payer
Une camaraderie merveilleuse.
C'est l'étrange récolte de l'Inacteur.

Ensemble, Krishnamurti, c'est évident
Ensemble dans cette criminalité de soleil gris
Nous écoutons la voix des professeurs
Apprendre à des vieillards incapables de rompre avec l'école
L'idioterie qu'est devenue la vérité.

Peuvent-ils prêcher, et causalitairement me rapprendre
La science que par hasard je leur appris?

Toi pas compris, moi pour un autre pris
Toi pas connu, moi jamais vu
Toi qui sais ne pas jouir d'une tristesse
D'une folle invisibilité falsifiée
Echangeons, tête vague et cœur exultant
Le sourire des grands absents.


I

Une colline sans sommet
Se mire dans Veau sans fond
D'un lac indemne oublié
Où rien ne prie et ne songe.

Y a t-il encore de ces voyageurs
Inconscients des guerres en cours
Pour franchir sans y penser
Les lignes de haine des pays?

Les grottes mentent, ma sœur.
Ailleurs, la chaleur de la terre
Règne dans l'humble épaisseur
De chaque Chose palpable.

Mais, évidemment, chaque soir
L'on ne demande aux étoiles
Que leur dure lueur d'hiver
Ou l'effusion de l'été.

Beaucoup craignent le gel, la pluie
Car ils ont champs et récoltes
Celui qui n'a rien demande:
Quelle éternité fait-il ce matin?

Or, chacun possède quelque bien
Qu'il trime, qu'il prêche ou qu'il tue.
On a des noms pour chaque rien.
Et des voix premières se sont tues.

Une vague de mer ou de lac
Une fontaine dans le silence
Elevant leurs voix inattendues
Nous font souvenir de ces forces
Tomber en arrêt à leurs sources.

Il est si vain de dire ce qu'on pense
Si inutile même de le penser
Qu'une fuite d'oiseau d'un buisson.
Hors l'eau le sursaut d'un poisson.
Ne sont plus un langage dépassé.

O, saluons la profonde diversion
De l'ancienne terre non-mère!
L'obsession d'évasion s'est essourcée
O, chantons par soi-même de soi l'invasion!

Adrian MIATLEV.  

Jarnac, 29 oct. 51




Plus de décence, je veux dire moins de spiritualité.

—Antonin Artaud.  


Préc | Haut | Suiv


Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.